Situm : « Il faut améliorer le service de transport » (Eve Comtet Sorabella)

Dans ses interventions Eve Comtet Sorabella (Front de Gauche) fait des propositions dont l’instauration d’un véritable dialogue avec les usagers et les entreprises par la tenue d’états généraux de la mobilité.
Elle pointe les incohérences de la gestion du Situm : augmentation des excédents aux dépens du service rendu aux usagers, manque de vision à long terme…

Les interventions d’Eve Comtet Sorabella au CA du SITUM (17 mars 2016)

Rapport 2 : Compte de gestion 2015

Le compte de gestion étant le « miroir » du compte administratif tenu par le comptable public, l’ensemble des remarques sera fait sur le rapport 3
Vote pour

Rapport 3 : Compte administratif 2015

Un simple constat des chiffres :
Un excédent 2015 de fonctionnement de plus de 800.000€ avec notamment un dépassement de 12% des prévisions du versement transport.
Un excédent cumulé de 1,4M€ en fonctionnement et 220.000€ en investissement
Comment peut-on expliquer dans ce cadre l’avenant n°11 (le texte de l’avenant est ici) qui a réduit le service de façon importante (5% d’usagers en moins sur les lignes A à E, les plus utilisés par les salariés et les élèves), avec une baisse des dépenses de 210.000€. il aurait donc été possible, sans remettre en cause l’équilibre, non seulement d’annuler l’avenant n°11 mais d’accroître le service d’autant.

J’irai même plus loin. Les chiffres témoignent même qu’il aurait été possible en 2015 d’assurer l’équilibre du réseau en mettant en place une gratuité totale pour les usagers, les tickets ayant rapporté autour de 600.000€.

Et je terminerai en faisant part d’un danger. L’importance de l’excédent ne risque-t-il pas d’aboutir à une mise en cause des participations, pourtant nécessaires, du Département (cette année encore) et de la région en septembre 2017. Il y a sur ce point urgence à démontrer que l’agglomération a besoin de cet argent.

Ces trois remarques légitiment la demande que je vous ai faite au dernier CA, de la tenue, avec les habitants et les entreprises, d’états généraux de la mobilité sur la future agglomération, pour définir avec eux les services prioritaires à rendre sur tout le territoire, tenant compte des recettes existantes.
Abstention

Rapport 4 : Affectation du résultat

Dans la continuité de mes remarques précédentes, je vous propose une affectation d’une part du résultat (810.000€) de 3 façons :

  • L’annulation de l’avenant n°11 pour 210.000€,
  • et, au-delà de cette annulation, une enveloppe proposée de 200.000€ à décider d’’ici l’été 2016 pour :
    • Elargir les plages d’activité des lignes régulières
    • Elargir dès 2016 la gratuité mise en place le samedi au mercredi pour commencer
    • Envisager la transformation d’une ligne TAD en ligne régulière (à décider avec les habitants et les entreprises)
  • La perspective d’achat de véhicules neufs à hauteur de 400.000 euros pour faire face dès 2016 à ce renforcement, avec un avenant à la DSP mettant en place , dans un premier temps, une location à Car Postal

Vous noterez que ces propositions se limitent à l’excédent propre à 2015, et ne touchent que la moitié de l’excédent cumulé, permettant ainsi de poursuivre le débat au sein d’états généraux de la mobilité dans le cadre de la nouvelle agglomération.
Vote contre

Rapport 5 : Budget prévisionnel 2016
Vous avez en 2016, avec l’excédent existant et l’élargissement de la CAMVAL, une opportunité de refonder, en l’élargissant, la politique de mobilité de l’agglomération.

Vous restez malheureusement dans une « petite cuisine » qui aboutira, encore et encore, à un accroissement des excédents sans amélioration du service pour les usagers.

Il est temps de « changer de braquet »

  • D’inscrire les sommes nécessaires (sondages, réunions locales, réunions dans les entreprises…) à un véritable dialogue avec les usagers et les entreprises
  • De provisionner des sommes permettant de structurer, dans divers points de l’agglomération, des pôles de stationnement incitant les usagers à prendre les bus, avec des services d’accompagnement (recharges électriques, gratuité du stationnement en cas de co- voiturage, billet de transport unique intégrant stationnement et transport…)
  • De commencer à élargir les gratuités existantes incitant à l’usage des transports, et le permettant pour les personnes les plus en difficulté.

Tout cela manque d’ambition et de vision. Sachez pour notre part que nous en saisirons les habitants, pour dialoguer avec eux de toutes ces « nouvelles mobilités » à leur service.
Vote contre

Rapport 6 Décision d’aller vers une nouvelle délégation de service public (DSP )
Un constat d’abord.
Je note que vous commencez à bouger vos positions sur les modalités de gestion, en réduisant le périmètre de la DSP, et surtout, ce que nous soutenons, en prévoyant de devenir propriétaire des bus urbains.
Les positions portées dans le groupe de travail par le représentant de notre groupe a permis ces avancées.
Mais toutefois, nous ne pouvons pas accepter votre proposition, pour cinq raisons :

  • Parce que vous mettez la charrue avant les bœufs en proposant cette DSP sans véritable débat sur le contenu du service et du réseau. Vous entérinez par exemple sans débat réel la réduction de service de l’avenant 11, qui a abouti, hors navette, à une réduction de services de presque 100.000 voyageurs, soit 5% de baisse d’usage pour les lignes A à E.
  • Parce que vous restez au milieu du gué en achetant seulement les bus, sans compléter votre maitrise par la mise en place d’une gestion publique, soit en régie , soit sous la forme d’une Société Publique Locale (SPL). Nous abordions lors du Conseil municipal de Mâcon la gestion de l’eau revenue en régie dans la métropole de Nice. Ce fut aussi le cas en 2015 pour l’ensemble des transports de l’agglomération. Pour une meilleure maitrise financière et technique des mobilités dans la Métropole.
  • Parce que vous anticipez les décisions de la future CAMVAL en faisant décider ici une part seulement des élus futurs. Le Front de gauche maintient sa proposition d’un avenant de deux ans maximum de la DSP existante, permettant de mener le débat, et définir les nouveaux services nécessaires et en permettre la décision par la future agglomération.
  • Parce que vous n’engagez, avant cette nouvelle DSP, aucune discussion avec la région sur ses nouvelles responsabilités (TER bien sûr, mais dès 2017 les cars interurbains et les gares routières, en assurant par exemple des arrêts plus nombreux de ces cars au sein de l’agglomération).
  • Parce que vous poursuivez une démarche qui continuera à « fabriquer des excédents », alors que les services rendus restent largement insuffisant. Votre DSP ne propose en effet aucun service nouveau, ni aucune amélioration de la tarification : seul le TAD (transport à lademande) sera élargi, en l’état et sans véritable étude, aux communes accueillies dans la future CAMVAL, sur la seule base de fait du transport scolaire

Tout cela manque singulièrement d’ambition, alors que les difficultés de déplacement s’accroissent pour les habitants des quartiers et des bourgs ruraux, pendant que le centre-ville s’asphyxie à accueillir chaque jour un nombre croissant de voitures qui doivent y stationner la journée durant.

Au-delà de mon vote négatif, sachez aussi que nous renouvellerons cette proposition d’avenant de prolongation de deux ans de la DSP à la CAMVAL lors de la décision finale, quand vous devrez y soumettre vos propositions en mai/juin prochain.
Vote contre

,