Saône-et-Loire : Les enseignants devant la DSDEN (Mâcon infos)

SAÔNE-ET-LOIRE : Les profs devant l’inspection académique contre le projet de réforme du collège

Plusieurs organisations syndicales qui représentent les enseignants de Saône et Loire ont fait savoir leur désaccord sur la réforme du collège ce mardi devant l’inspection académique.

Syndicat National des Enseignements de Second Degré, du Syndicat national des lycées et collèges, de la Force Ouvrière des Lycées et Collèges, de la CGT Educ’Action et du SUD Education, tous étaient là.
15-05-19 GREVECOLLEGE7
Boutmoudit Hakim, secrétaire départemental pour les collèges de SNES FSU 71 considère que le projet de réforme ignore certains aspects importants comme le seuil maximal d’élèves dans une classe pour s’occuper de l’accompagnement personnalisé, qui a été déjà utilisé dans la réforme des lycées sans avoir encore un bilan : « Ça fait plusieurs années qu’on demande une réforme du collège, on n’est pas contre. Mais il faut faire appel aux acteurs principaux de la réforme, ceux qui sont au quotidien avec les élèves, ceux qui travaillent pour les élèves, les enseignants. La réforme a été présentée, il y a eu un semblant de concertation qui va s’arrêter je ne sais pas quand et voilà ! Ils ont décidé que cette réforme entrera en vigueur en 2016. Vous appelez ça concertation ? »

Sandra Gaudillère, représentante de la CGT Educ’ Action 71 parle d’une réforme qui serait « vendue » comme la fin de l’élitisme en étant, en effet, l’inverse : « Ce qu’on nous propose c’est un collège à deux vitesses. Du fait de l’augmentation de l’autonomie des établissements, les enfants n’auront pas forcement les mêmes cours. On nous propose la fin des classe bilingues parait-il trop élitistes, l’enseignement des langues qui sera très allégé sous prétexte de donner l’accès aux langues à tous et qui aura l’effet inverse. Puis, les disciplines scientifiques qui devraient être groupées, c’est une mesure qui masque des suppressions de postes. »Les organisations syndicales de Saône et Loire demandent au gouvernement de retirer le projet de réforme et la reprise des discussions « sur d’autres bases. »

Fabien Ben, directeur académique de service de l’éducation nationale en Saône et Loire, a accepté de rencontrer les représentants des enseignants en leur transmettant un message conciliant : « Le dialogue est nécessaire, la réforme du collège est nécessaire aussi. Il y a des marges de manoeuvre, on va y travailler, notamment sur les programmes. Ce temps de travail doit être un moment de recueil des inquiétudes. Surtout quand on va vers la nouveauté. La volonté est là, elle est nécessaire. On fait un constat partagé depuis des années de la difficulté apportée à la plus-value à l’échelle du collège. Il y a une nécessité de faire avancer les choses. »

Les organisations syndicales ont annoncé à leur tour qu’elles continueront la mobilisation et multiplieront les efforts pour informer les collègues et contrecarrer “la politique de communication du gouvernement”.

Source : Cristian Todéa, Mâcon infos, 20 mai 2015

,