Questionnaire aux candidats aux municipales : Attac Mâcon

La liste du Front de Gauche, “Pour Mâcon, l’humain d’abord”, a répondu au questionnaire envoyé par Attac Mâcon dans le cadre des élections municipales.

1. FINANCES PUBLIQUES

L’analyse des comptes de votre commune a mis en évidence l’existence d’emprunts structurés dans la dette communale, que proposez-vous comme action pour mettre un terme à cette situation ?

  • Envisagez-vous de poursuivre la(es) banque(s) devant les juridictions concernées ?

Si les taux d’intérêts des emprunts structurés devenaient usuraires, nous assignerions la/les banques en justice comme l’ont fait la ville de Saint-Etienne ou le Conseil général de l’Ain.

Pour notre part, si nous devons emprunter, nous ne le ferons qu’à taux fixes ou à taux révisables classiques, c’est-à-dire sans risques.

  • Envisagez-vous un audit citoyen de la dette de la commune ? Sous quelle forme ?

Le Front de Gauche mettra en place un réel contrôle citoyen des finances publiques par l’information, la mobilisation et l’intervention citoyenne sur le budget municipal (voir plus loin).

En tant que membre du CAC 71 (Collectif pour un audit citoyen de la dette publique), il demandera bien évidemment la réalisation d’un audit citoyen des finances communales qui permettra d’analyser l’origine de la dette, l’utilisation des emprunts contractés, la légitimité ou non de cette dette.

2. ECOLOGIE

  • La question de l’eau : L’eau est un bien commun
  • Souhaitez- vous reprendre, dès que cela sera possible, le contrôle de la gestion de l’eau (en régie publique) ?

Nous entendons reprendre l’eau en régie publique afin que les résultats de l’exploitation soient exclusivement destinés à l’investissement au service de la qualité de l’eau et de sa distribution.

  • Quelles actions envisagez-vous pour lutter contre la pollution aux pesticides et aux nitrates ?

Nous favoriserons, dans tous les services municipaux, l’utilisation de produits écologiques et respectueux de la santé.

Nous mènerons une vaste campagne d’information sur les dangers des produits phytosanitaires et sur les pratiques alternatives existantes. Cette campagne s’adressera non seulement aux exploitants agricoles du bassin concerné, mais aussi aux particuliers trop souvent utilisateurs de ces produits nocifs.

Nous proposerons à la CAMVAL de mettre en place des contrats d’aide aux exploitants agricoles en contrepartie de l’adoption, par leurs soins, de pratiques conformes à l’intérêt général : agriculture biologique, agriculture durable ou agriculture écologiquement intensive et à haute valeur environnementale.

  • Pour quelles raisons souhaiteriez-vous mettre en place ou non une tarification progressive en fonction de la consommation ?

Nous mettrons en place la gratuité des 3 premiers litres d’eau par jour et par personne (minimum nécessaire pour vivre) et une tarification différenciée, progressive et dissuasive en fonction de la consommation. Différenciée parce que la consommation des particuliers ne sera pas facturée comme celle des entreprises. Progressive et dissuasive puisqu’elle contribuera à préserver la ressource en taxant les usages de luxe (arrosage automatique , lavage des voitures…) C’est donc une tarification écologique autant que sociale.

Pour ce faire, nous travaillerons, entre autres, avec la Régie publique Eau des Lacs de l’Essonne et France Eau publique.

  • L’énergie : Vers une transition énergétique
  • Quelles initiatives prendrez-vous pour soutenir le développement local des énergies renouvelables ?

Des panneaux photovoltaïques seront installés sur la plupart des bâtiments publics.

Nous étudierons avec attention les propositions avancées par des citoyen(ne)s ou des collectifs sur ce sujet.

  • Quelles initiatives prendrez-vous pour développer les économies d’énergie dans le fonctionnement de la commune ?(éclairage public et privé, chauffage…..)

Les nouveaux bâtiments seront à énergie positive.

Nous élaborerons un plan d’optimisation de l’éclairage public.

Les bâtiments publics subiront un diagnostic thermique et des travaux d’isolation seront réalisés.

Des chaudières collectives utilisant prioritairement des énergies renouvelables seront substituées au matériel actuel (l’étude d’un prix plafond sera nécessaire).

  • Secteur alimentaire : Développer une agriculture locale écologiquement saine.
  • Développerez-vous la part de produits locaux d’origine biologique dans les cantines scolaires ? Comment ?

Nous augmenterons, dans les repas de la cuisine centrale qui fournit, entre autres les cantines scolaires, la part des produits issus de producteurs locaux privilégiant l’agriculture raisonnée, voire biologique.

La traçabilité des produits utilisés en restauration collective sera publiée.

  • Quelles autres actions allant dans le sens du soutien et du développement d’une agriculture locale biologique comptez-vous mener ?

La commande publique valorisera les circuits courts et sera écoresponsable, concernant les fournitures, l’alimentation, les produits de saison…

Des produits bio seront achetés chaque fois que possible dans des conditions de proximité.

La sauvegarde de zones maraîchères proches de la ville sera réalisée.

La Cité de la Coopération, située dans une zone d’activité douce (écozone) sera centrée sur les circuits courts et les entreprises sociales et solidaires. Elle favorisera, entre autres, la coopération avec l’agriculture locale et raisonnée et accueillera une cantine bio.

3. LES SERVICES PUBLIQUES LOCAUX

  • Souhaitez-vous développer les Services Publics Locaux accessibles à tous et comment ? Quels services ?

Le développement de services accessibles à la population est déterminante pour « faire société » et réduire les inégalités.

Nous entendons appuyer deux filières : l’économie sociale et solidaire (notamment les associations) et le service public.

Les Délégations de Service Public seront reprises en régie au plus vite et les tarifications adaptées : par exemple l’eau (voir plus haut), le chauffage urbain…

Dans le même esprit nous agirons pour la mise en place de la gratuité des transports associés à un meilleur service rendu, comme à Aubagne.

Nous créerons des comités d’usagers pour les services communaux et intercommunaux avec voix délibératives. Ces comités regrouperont des citoyens (contribuables), des usagers et des salariés.

L’accessibilité n’est pas uniquement sociale ; elle concerne aussi les personnes en situation de handicap. La création de commissions communales et intercommunales pour l’accessibilité aux personnes handicapées devrait permettre d’établir, à l’attention du conseil municipal, un diagnostic de l’accessibilité du cadre bâti, de la voirie, des espaces publics et des transports, et de formuler des propositions d’amélioration.

4. LA DÉMOCRATIE LOCALE

  • quelle place pour les citoyens après les élections ?

Pour permettre aux citoyens et à la société civile de reprendre des pouvoirs d’initiatives, de débats et de préparations collectives des décisions :

Nous créerons des comités d’usagers pour les services communaux et intercommunaux avec voix délibératives,

Nous prévoirons des temps d’interventions citoyennes lors du conseil municipal, y compris pour les personnes n’ayant pas le droit de vote (nous soutiendrons le droit de vote des étrangers non communautaires aux élections locales),

Nous élaborerons des budgets participatifs (vote d’une partie du budget par les habitants),

Nous ferons vivre la démocratie par la tenue d’assemblées citoyennes de quartier,

Nous développerons les moyens de contrôle des élus avec, par exemple, un référendum sur le bilan à mi-mandat pouvant réclamer la révocation des élus,

Nous favoriserons et soutiendrons les initiatives de médias alternatifs etindépendants(radios, journaux locaux) essentiels à notre démocratie.

En outre, pour combattretoutesformes de féodalisme et de clientélisme, nous refuserons le cumul des mandats (à l’exception de maire et conseiller communautaire à la CAMVAL).

Nous sommes par ailleurs signataires de la charte Anticor.

,