Le programme du Medef

Un million d’emplois en cinq ans – Le programme du Medef sur la table

Suppression de jours fériés, assouplissement du Smic et des 35 heures : le Medef a lancé officiellement ce mercredi 24 septembre son programme choc pour la création d’un million d’emplois en cinq ans. Un programme déjà en partie révélé dans la presse il y a quelques jours et qui a suscité la colère de syndicats.

Tout en demandant plus de flexibilité du marché du travail le patron des patrons, Pierre Gattaz, a assuré que le Medef ne remet en cause ni le Smic et ni les 35 heures. En revanche, il a de nouveau défendu une rémunération plus faible que le Smic mais complétée par une aide temporaire de l’Etat pour les chômeurs de longue durée. Pierre Gattaz avait déjà préconisé un tel dispositif à la mi-avril, provoquant un tollé syndical.

Concernant la durée légale du travail, « les 35 heures appliquées à tout le monde doivent être adaptées », a-t-il estimé. Pierre Gattaz propose que la durée du travail soit décidée au sein des entreprises et au niveau de branches. « Regardons au sein de chaque entreprise la durée de travail: certaines devront remonter à 37, 39, 40 heures pour être compétitives par rapport à leurs voisins européens, d’autres devront peut-être se contenter de 32, de 33 heures, parce que tout va bien ». Autre proposition : supprimer un ou deux jours fériés par an.

Un nouveau type de contrat

Le patron des patrons propose également de mettre en œuvre, pour l’ensemble des secteurs, un contrat de projet, sur le modèle du contrat de chantier existant dans le bâtiment. Un contrat qui s’arrêterait à la durée de la mission ou du chantier de l’entreprise. Cela évite, selon lui, une séparation à l’amiable à la fin du chantier.

Pour Pierre Gattaz, le pacte de responsabilité ne suffit pas à libérer la croissance. Il souhaite une harmonisation de la fiscalité des entreprises avec les principaux voisins européens de la France. Concrètement, il a pour objectif de supprimer progressivement les impôts qui pèsent sur la production.

Les syndicats en colère

Pour le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, les propositions du Medef sont « inacceptables » et les chiffrages d’un million d’emplois créés « ne sont pas crédibles ». Pour le leader de FO « monsieur Gattaz devrait prendre une nationalité anglo-saxonne, il y a un côté thatchériste dans ces propositions ».

Source : RFI, 24 septembre 2014

Le Medef n’a jamais créé aucun emploi

Le Medef vient de dévoiler le détail de son plan permettant selon lui de créer entre 690 000 et 1,6 million d’emplois en cinq ans. Ce chiffrage est fantaisiste et dérisoire. Rappelons qu’on pourrait créer a minima 700 000 emplois publics chaque année avec les 40 milliards d’euros donnés sans contrepartie aux actionnaires par le pacte de responsabilité.

Le Medef prévoit de poursuivre la démolition du droit du travail en relevant les seuils sociaux, en supprimant des jours fériés et en mettant fin à la durée légale du travail tout en laissant au libre choix de l’employeur le niveau de majoration des heures supplémentaires.

Ces mesures n’ont qu’un but : dans la foulée de l’ANI, du CICE et du pacte de responsabilité, poursuivre la suppression des acquis sociaux et la multiplication des cadeaux fiscaux pour permettre ainsi aux actionnaires d’augmenter leur ponction sur la valeur créée par le travail.

Cette politique ne créera jamais aucun emploi. Le Medef ne représente pas les entreprises. Ceux qui défendent l’emploi sont les syndicats de salariés. Le gouvernement ferait mieux d’être à leur écoute plutôt que d’aider le Medef à esclavagiser le peuple de France.

Guillaume Etiévant, Secrétaire National du Parti de Gauche à l’économie et au travail
Communiqué du Parti de Gauche le 24 septembre 2014