Plan social à Metso Minerals (Mâcon)

MÂCON – Metso Minerals : « On a appris ces supressions de postes en même temps que vous !… »

Nous avons joint par téléphone le délégué syndical, et tenté de joindre la direction de l’entreprise.
ACTUALISE : L’agence Brunswick de Paris chargée de communiquer pour Metso France nous a appelés pour répondre à nos questions.

Cyril Chavet, délégué syndical CGT, par téléphone : « Ce matin on a appris les décisions de Metso en même temps que la presse, donc en même temps que le public. On a été convoqués, et on nous a dit. La comm a bien joué : l’apprendre sans la moindre information en interne avant, et l’apprendre une veille de week-end, alors que quasiment personne ne travaille cet après-midi, c’est bien calculé. »

Sur le fond, la CGT n’a dans l’immédiat rien d’autre à dire que ce qu’elle a déjà dit l’an dernier : il règne un climat malsain dans l’entreprise, sans respect des relations humaines. Les départs qui ont déjà eu lieu, sous l’effet de pressions, ont été beaucoup de pré-retraites, et beaucoup de ruptures conventionnelles de contrat. Des salariés en ont eu marre de l’ambiance et de la charge accrue de travail pour compenser certains départs.

« On continue à faire des bénéfices, alors pourquoi ? poursuit Cyril Chavet. Pour répondre à des logiques d’actionnariat : je fais de l’argent et j’en veux encore plus. Il sera étrange pour nous qui étions 554 emplois permanents début 2014, de nous retrouver à 330 ou 340. Cette entreprise a reçu de l’Etat, via les CICE, les exonérations de charges loi Fillon, etc., 1.7 million d’euros en 2 ans. C’est vrai que les marchés mine et agrégats sont en berne, mais on fait quand même des bénéfices… alors, pourquoi ? »

Mâcon Infos a essayé de joindre la DRH de Metso, on nous a passé le secrétariat de direction qui a pris nos coordonnées en début d’après-midi : « On va passer vos coordonnées à la société qui gère ça pour nous [« ça » = la communication par voie de presse], et qui vous rappellera. »

Actualisé à 16h30 :

L’agence Brunswick de Paris [Brunswick est un groupe international de conseil stratégique en communication corporate et financière] chargée de communiquer pour Metso France nous a appelés pour répondre à nos questions, sans pouvoir toutefois répondre à certaines, puisque notre interlocutrice précise ne pas travailler chez Metso, ni en être le porte-parole.

Voici ce qu’elle peut exposer à ce jour :

– Sur les relations humaines au sein de l’entreprise :

La procédure d’annonce de « plans de réorganisation » est très encadrée par la loi, le CE doit être informé le premier, d’où la convocation ce matin à 9 heures en réunion extraordinaire.
De plus, Metso s’accorde un mois pour discuter avec les syndicats avant d’initier la procédure officielle de consultation qui dure deux mois.
Il faut y voir une volonté forte d’instaurer le dialogue.

– Sur le versant économique

Le chiffre d’affaires de Metso France a baissé en 2015 de 26 %, et le taux d’utilisation de la capacité de production est de 78 %. Il y a une baisse d’activité.
Metso France a réalisé des bénéfices ces dernières années, rattachés à des activités de services ou de conseil, mais pas à la production de biens d’équipements, comme il se fait à Mâcon.
La production a connu des pertes de 2,3 millions sur la seconde partie de l’année 2015. L’activité de production ne va pas bien, les estimations ne sont pas bonnes, si la société ne fait rien elle court le risque de pertes en fin d’année.

– Sur le nombre des suppressions de postes

Le chiffre de 89 suppressions inclus 31 postes déjà vacants, car départs à la retraite ou suspensions de contrats. Ce sont donc 58 postes qui seront supprimés, puisqu’aujourd’hui Metso France fait face à un besoin de réorganisation.

Sur les questions soulevées par les syndicats, relatives notamment aux dividendes reversés aux actionnaires malgré tout, l’agence Brunswick n’est pas en mesure de répondre quoi que ce soit.

Source : Florence Saint Aromand, Mâcon infos, 22 avril 2016
Photo de Une : Mâcon infos


 

PLAN SOCIAL A METSO MINERALS : Jean-Patrick Courtois, maire de Mâcon, mobilisé pour « un dialogue constructif »

Communiqué :

Les dirigeants du site mâconnais du groupe Metso Minerals sont venus m’apprendre, ce jeudi après-midi, les mesures de réorganisation qu’ils entendent mettre en œuvre pour l’unité de Mâcon.

Je ne peux que déplorer cette situation qui porte un coup dur à notre tissu économique local, dans la mesure où, plus de 50 emplois sont directement menacés, hors les départs volontaires déjà programmés.

C’est avant tout, à tous ces salariés touchés par ces mesures ainsi qu’à leurs familles que vont mes pensées, mon attachement et mon soutien. Je suis à leur disposition et notre Mairie leur reste, bien entendu, grande ouverte pour affronter ces moments difficiles.

Metso met en avant le contexte économique particulièrement défavorable sur les secteurs de l’industrie minière et de la construction, conduisant à une baisse du chiffre d’affaire. L’environnement économique français, n’apporte pas d’éclaircie à moyen terme et, malheureusement, le chiffre d’affaire risque fort de continuer à se dégrader.

Bien entendu, j’ai pris contact avec les responsables des salariés, leur indiquant que j’étais près à les rencontrer, dans les plus brefs délais, pour leur confirmer le soutien actif de la Ville de Mâcon.

Cette entreprise finlandaise a toujours été un élément clé de l’offre industrielle mâconnaise et tout particulièrement, dans le domaine du matériel de carrière.

L’industrie minière dans le monde est en régression pour de multiples raisons mais essentiellement géopolitiques. L’embargo sur nos échanges avec la Russie vient encore compliquer la donne économique, tout comme l’agressivité économique des pays émergents, en particulier le Brésil, dans les domaines des carrières et des mines, où Mâcon s’est fait une spécialité historique dans le domaine du broyage et du concassage.

Il va sans dire que nous sommes particulièrement vigilants sur l’évolution de cette situation et que nous entendons, avec les salariés comme avec la Direction de l’entreprise, maintenir et faciliter un dialogue constructif.

Jean-Patrick Courtois

Source : Florence Saint Aromand, Mâcon infos, 22 avril 2016

,