Nouvelles élections en Grèce : Une leçon de démocratie de plus (PCF)

L’annonce de la démission d’Alexis Tsipras et de la tenue de nouvelles élections législatives en Grèce avant la fin du mois de septembre n’a pu surprendre que ceux qui – avec « l’accord du 13 juillet » et le « 3e plan d’aide » d’août – nourrissaient l’illusion ou l’espoir que le peuple grec et son premier ministre avaient définitivement été battus dans leur exigence d’une rupture avec les politiques d’austérité et de reconquête démocratique.

Le discours tenu au soir du 20 août est un discours d’appel à la mobilisation et à la riposte du peuple grec. Un chapitre effectivement se ferme, un nouveau s’ouvre déjà appelant les Grecs à se mobiliser pour se doter d’un gouvernement qui luttera contre l’impact de ces mesures austéritaires sur les classes populaires et pour « regagner [leur] souveraineté face aux créanciers ». On est loin d’un renoncement et d’une trahison mais bien dans un combat politique âpre.

Une petite musique s’installe pour faire accroire qu’Alexis Tsipras entend « donner des gages » aux créanciers de la Grèce, ou encore que ce scrutin ne viserait qu’à « sauver Syriza » ou « à régler ses problèmes internes » – ce que le dirigeant grec a précisément refusé. D’autres grands analystes se font fort de présenter à l’opinion publique française l’image d’un dirigeant qui aurait tourné casaque. Il ne vient à personne, parmi ces grands esprits, l’idée que c’est le principe démocratique qui guide l’action du premier ministre grec lorsqu’il déclare à son peuple le 20 août : « Jugez-moi par un vote ». Tout ceci n’a pour unique objectif que de redorer le blason de ceux qui, en France même et à commencer par le président Hollande, ont jeté le gant sans même tenter de combattre les impératifs de l’austérité.

Le débat sur la nature de la construction européenne et son avenir que le peuple grec a ouvert ne se résume pas à une alternative qui serait soit « accepter l’austérité » soit « prôner la sortie de la zone euro » voire de l’UE. Le peuple grec a, par ses votes les 25 janvier et 5 juillet, affirmé avec force l’exigence d’une autre Europe : solidaire et non austéritaire.

Source : Lydia Samarbakhsh, responsable des Relations internationales, PCF, 21 août 2015

,