Metso : L’apitoiement indécent du maire de Mâcon (Eve Comtet Sorabella, texte et audio)

 

Dans une déclaration récente à la presse, vous avez exprimé, Monsieur le Maire, votre totale opposition aux licenciements boursiers concrétisé ces tous derniers jours par les réductions de postes chez Metso.
Vous comprendrez bien que, dans un tel moment, je puisse trouver votre apitoiement particulièrement indécent.

Un peu de dignité et de cohérence s’il vous plaît dans vos positions !
En février 2012, lorsque vous étiez encore sénateur, vous avez voté contre la proposition de loi du groupe Communiste, Républicain, Citoyen qui consistait justement à rendre impossible de tels licenciements boursiers.
C’est en effet bien de cela dont il est question pour les 415 salariés de Metso, dont 60 perdront leur emploi alors que 30 avaient déjà été supprimés par le départ anticipé en retraite de certains salariés. Il n’y aura plus de production industrielle chez Metso Mâcon, le début de la fin. Et la loi El Khomri n’est pas encore passée par là. Assez de ce double langage !

Comme l’a rappelé en séance au sénat, Nicole BORVO, Présidente du groupe CRC : « Les masques tombent. On ne peut pas d’un côté dans les circonscriptions électorales se présenter devant les salariés licenciés et leur apporter son soutien, et de l’autre, ne pas voter une proposition de loi qui, si elle avait été adoptée, leur aurait permis de conserver leur emploi ». C’est bien ce système libéral et de concurrence dite « libre et non faussée » que vous soutenez qui détruit les emplois et les vies de nos concitoyens.

Les dividendes versés aux actionnaires deviennent ainsi de plus de plus lourds, et constituent bien une charge, un coût, pour l’entreprise et l’emploi, charge parfois tellement lourde qu’elle détruit très directement l’emploi : verser plus de dividendes que les bénéfices réalisés tue l’emploi, c’est ce que l’entreprise Metso France a fait : 30 M€ de versement de dividendes aux actionnaires en 2014, cela représente 4 fois les 7,5M€ de bénéfices nets de 2013. (Au global, sur les 10 ans, le taux de distribution des dividendes est d’environ 103%, c’est-à-dire que les dividendes versés (131M€) excèdent les bénéfices réalisés (128M€).). Parallèlement, cette entreprise a bénéficié du Crédit Impôt Recherche ainsi que du CICE.

Faites-vous partie de ces hommes politiques, serviteurs de la pensée unique et du système capitaliste, qui mettent en place tous les dispositifs pour que finalement le risque, soi-disant, pris par les actionnaires quand ils investissent, soit en fait réellement pris par les salariés ?

Sachez que nous nous opposerons toujours à ces démarches, et pas seulement par les paroles. Plutôt que d’une loi El Khomri protectrice du capitalisme et de ses acteurs, c’est une loi de progrès social dont la société a besoin pour donner du travail à tous et des salaires qui permettent de vivre et non de survivre.

,