Le mépris des salariés (Politis)

Les salariés ! quels salariés ?

Alors que les décrets d’application de la Loi relative à l’ESS commencent à sortir, une polémique soulevée par le MEDEF et la CGPME contre ceux relatifs au « droit d’information préalable » des salariés des entreprises de moins de 250 salariés jugés « anxiogènes » par les porte-parole patronaux.

Le projet de Loi présenté par Benoît Hamon devait dès l’origine contenir des mesures favorisant la reprise en coopérative par les salariés des entreprises en difficultés ou non et faisant l’objet d’un abandon ou d’une cession par leurs propriétaires.
Pour permettre le montage d’un dossier pertinent de reprise, un délai était ainsi proposé, fort modeste au demeurant, deux mois étant un strict minimum dans la complexité des procédures.

Et dès le début le MEDEF et ses acolytes s’étaient élevés contre ce projet, allant jusqu’à parler d’atteinte au droit de propriété !

Mais pour le Gouvernement cette mesure permettait de paraître reprendre une partie de la « Loi Florange » !
Avec au passage la disparition de toute référence à une hypothèse coopérative, un comble dans une loi relative à l’ESS !

Mais visiblement c’est trop pour les amis de M.Gattaz qui revient à la charge.
Son attitude et celle de ses « amis » prouve un manque total de considération pour les salariés, ceux-là même qui créent la richesses, qui doivent pouvoir être vendus ou liquidés sans en être informés.

Dans les grandes entreprises il y a les CE, mais on parle de les « réformer » en réduisant notamment leurs prérogatives économiques.
Pour les plus petites on cherche à réduire la représentation des salariés. C’est le débat autour des seuils.
Ce que l’on cherche c’est le silence !

C’est aussi l’affichage d’un mépris à leur égard : ils seraient incapables de discrétion autour de la situation de leur entreprise.
Et on ne parle pas de leur prétention à vouloir s’en porter les acquéreurs, les patrons au sein d’une coopérative.

La question est à suivre.
Tout recul du Gouvernement en ce domaine serait une pierre noire dans le paysage économique et social français.
Il serait aussi un signe très négatif quant à la portée effective de la Loi ESS.

Jean-Philippe Milesy, Politis, 30 octobre 2014

,