La France doit reconnaître l’Etat de Palestine (PG, PCF)

Les accords d’Oslo signés en 1993 prévoyaient la création d’un Etat palestinien aux côtés d’Israël, dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-est comme capitale. Un Conseil palestinien devait se mettre en place avec pouvoir sur la bande de Gaza et la Cisjordanie à l’exception des colonies juives. Ce processus a échoué entre l’assassinat de Yitzhak Rabin en 1995 par un extrémiste israélien d’extrême-droite, la multiplication d’attentats par le Hamas et le Djihad islamique opposés aux accords d’Oslo, puis les attaques israéliennes contre Yasser Arafat. Dans une entrevue en 2012, Benyamin Netanyahou s’est vanté d’avoir fait échouer les accords d’Oslo. La colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem s’est intensifiée sans que jamais Israël ne soit condamné. Aujourd’hui 520 000 colons vivent en Cisjordanie qui est en passe d’être coupée en deux par les colonies israéliennes. Pour empêcher que Jérusalem-est puisse être la capitale d’un état palestinien, le gouvernement israélien organise la construction massive de colonies juives dans cette partie de la ville, et à l’inverse refuse tout permis de construire pour les palestiniens.

Alors qu’étaient fêtés les 25 ans de la chute du mur de Berlin, le mur construit par Israël aux motifs de sécurité annexe 9 % du territoire palestinien tel que défini par le cessez-le-feu de 1949 sans plus de protestation internationale. Pour garantir son pouvoir menacé par plus extrémiste que lui, Benyamin Netanyahou est entré dans une surenchère permanente : toujours plus de colonies et peu de réaction face aux provocations des milieux religieux israéliens extrémistes, notamment dans leur volonté de prier sur l’esplanade des mosquées.

Au moment où certains voudraient transformer ce conflit en un conflit religieux, il est urgent de dire qu‘il ne peut y avoir de solution que politique et fondée sur le droit. Il est temps que la France reconnaisse officiellement l’Etat de Palestine comme 135 pays l’ont fait avant elle. Michael Ben-Yair, ancien procureur général d’Israël, appelle l’Europe à suivre le chemin ouvert récemment par le gouvernement suédois en octobre, puis par les parlements britannique et espagnol et le sénat irlandais, et à reconnaître l’Etat de Palestine aux côtés de celui d’Israël selon les frontières reconnues en 1967. Des collectivités territoriales, souvent sous l’impulsion d’élus du PG comme à Paris et au conseil régional d’IDF, ont voté des vœux en ce sens. Vendredi, l’assemblée nationale se prononcera sur une résolution présentée par le PS. Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en France, et des centaines de personnalités israéliennes, intellectuels, diplomates et officiers supérieurs de réserve, se sont prononcés en faveur de cette résolution.

Nous n’oublions pas les déclarations de François Hollande en juillet au moment de l’offensive israélienne sur Gaza. Mais nous considérons qu’un tel vote de l’assemblée, même si la résolution ne dénonce pas la colonisation, et même si elle n’a hélas pas de caractère contraignant vis-à-vis du gouvernement, sera un signal fort pour le respect du droit international par Israël et la nécessité pour le gouvernement français de s’engager plus franchement pour la défense des palestiniens à leur droit à un Etat. Cela contribue à avancer vers une paix juste et durable.

Source : Martine Billard, SN à l’international et développement du réseau écosocialiste à l’international, Parti de Gauche, 27 novembre 2014

———————-

La France doit reconnaître l’Etat de Palestine

Le 28 novembre prochain, l’Assemblée Nationale votera sur la reconnaissance d’un Etat palestinien. 135 pays ont déjà reconnu officiellement l’Etat de Palestine.

Dans le contexte actuel où certains dans les milieux dirigeants israéliens tentent d’amener le conflit sur le terrain religieux, il est urgent d’affirmer avec force qu’il n’y aura de solution que politique et fondée sur le droit

Les associations soussignées du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI) qui militent depuis plus de 10 ans pour l’existence de deux Etats, un Etat palestinien dans les frontières de 67 avec Jérusalem Est comme capitale à côté de l’Etat israélien, appellent solennellement les députés français à voter en faveur de cette reconnaissance, comme viennent de le faire plusieurs parlements européens.

Certes, cela ne sera qu’un premier pas, mais ce premier pas aura des conséquences non négligeables puisque Israël sera alors reconnu officiellement comme occupant le territoire d’un Etat souverain. Ce vote sera l’affirmation que le respect du droit international par Israël est le seul moyen d’avancer vers une paix juste et durable.

Nous appelons au rassemblement du vendredi 28 novembre à 18h30 Place des Innocents à Paris ainsi qu’à ceux organisés dans différentes villes – à l’appel des organisations du CNPJDPI pour la reconnaissance par la France de l’Etat de Palestine.

Signataires du CNPJDPI : Agir Contre le Colonialisme Aujourd’hui (ACCA) – AFD International – Alternative Libertaire (AL) – Américains contre la guerre (AAW) – Association des Travailleurs Maghrébins de France (ATMF) – Association des Tunisiens en France (ATF) – Association France Palestine Solidarité (AFPS) – Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR) – Association pour la Taxation des Transactions financières et pour l’Action Citoyenne (ATTAC) – Association pour les Jumelages entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises (AJPF) – Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) – Association Universitaire pour le Respect du Droit International en Palestine (AURDIP) – Campagne Civile Internationale pour la Protection du Peuple Palestinien (CCIPPP) – Cedetim / IPAM – Collectif des Musulmans de France (CMF) – Collectif Faty Koumba – Collectif interuniversitaire pour la coopération avec les Universités Palestiniennes (CICUP) – Collectif Judéo-Arabe et Citoyen pour la Palestine (CJACP) – Collectif Paix Palestine Israël (CPPI Saint-Denis) – Comité de Vigilance pour une Paix Réelle au Proche-Orient (CVPR PO) – Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e arrt (CJPP5) – Confédération Générale du Travail (CGT) – Confédération paysanne – Droit-Solidarité – Ensemble – Europe Ecologie les Verts (EELV) – Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives (FTCR) – Fédération Syndicale Unitaire (FSU) – Forum Palestine Citoyenneté – Gauche Unitaire (GU) – Génération Palestine – La Courneuve-Palestine – le Mouvement de la Paix – les Femmes en noir – Ligue des Droits de l’Homme (LDH) – Ligue Internationale des Femmes pour la Paix et la Liberté, section française de la Women’s International League for Peace and Freedom (WILPF) (LIFPL) – Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) – Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF) – Mouvement Politique d’Emancipation populaire (M’PEP) – Organisation de Femmes Egalité – Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) – Parti Communiste des Ouvriers de France (PCOF) – Parti Communiste Français (PCF) – Parti de Gauche (PG) – Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) – Une Autre Voix Juive (UAVJ) – Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens (UTIT) – Union Générale des Etudiants de Palestine (GUPS-France) – Union Juive Française pour la Paix (UJFP) – Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) – Union syndicale Solidaires

Source : PCF, 26 novembre 2014