Elections départementales, mode d’emploi

En France, le compte à rebours est lancé pour les élections départementales. Le premier tour du scrutin aura lieu le 22 mars. Pour la première fois, les électeurs vont élire un binôme composé d’un homme et d’une femme.

Les principaux changements

■ Ces élections sont désormais appelées « départementales » et non plus « cantonales », comme c’était le cas jusqu’à présent.

■ Les cantons ont été redessinés l’an passé, pour, selon le ministère de l’Intérieur, « mieux respecter les équilibres démographiques du département ». Leur nombre a été quasiment divisé par deux, passant de 4 035 à 2 054.

■ Les électeurs ne voteront plus pour élire un conseiller départemental, mais un binôme composé d’un homme et d’une femme. Objectif : une meilleure représentation des femmes dans des assemblées très majoritairement masculines. On ne compte à ce jour que 13,5 % de femmes au sein des conseils généraux.

■ Tous les conseillers départementaux sont désormais élus pour six ans. Terminé le renouvellement par moitié tous les trois ans.

■ Paris, Lyon, La Guyane et la Martinique ne voteront pas pour ce scrutin. La Guyane et la Martinique voteront en décembre pour élire une Assemblée de la collectivité territoriale, qui remplacera conseil départemental et régional. Le Conseil de Paris, élu l’an passé lors des municipales, joue le rôle de département. Tout comme la métropole de Lyon, qui existe officiellement depuis le 1er janvier dernier.

Les dates :

■ La campagne électorale débute officiellement le 9 mars et s’achève le 21 mars à minuit.

■ Premier tour, le dimanche 22 mars.

■ La campagne du second tour se tient du 23 au 28 mars.

■ Second tour : le dimanche 29 mars.

■ Le « troisième » tour – l’élection des présidents des conseils départementaux – peut revêtir dans certains cas une importance particulière.

Source : RFI, 17 février 2015

,