Elections départementales : Déclarations des candidats (3/02/2015)

Lors de la conférence de presse du 3 février 2015, les candidat(e)s aux élections départementales – Front de Gauche et Europe Ecologie-Les Verts – ont exposé les raisons de leur engagement.

Contacts :

Front de Gauche
courriel : frontdegauche.maconnais-clunisois@laposte.net
site : www.pourmaconlhumaindabord.fr

Europe Ecologie-Les Verts
courriel : eelvmacon@hotmail.fr
site : http://eelvenmaconnaisetclunisois.overblog.com/

———————
C. Cloix 15-02-03-2
Texte introductif de Chantal Cloix, directrice de campagne

Aux trois C qui sont ceux que nous assènent aussi bien la droite et l’extrême-droite que les socialistes : concurrence , compétition et consumérisme nous voulons, opposer les 3 C suivants : coopération, cohérence et citoyenneté.

Coopération car c’est bien comme cela que nous voulons travailler en développant les coopérations, l’entraide entre les territoires, entre les personnes, les générations ! Nous voulons développer l’échange et la communication, en valorisant l’économie locale et l’ensemble des liens sociaux.
Nous voulons investir dans la transition écologique, une source nouvelle de satisfaction des besoins sociaux et de développement du service public.

Cohérence parce que nous n’affirmerons pas comme le font certains candidats avoir le credo de la justice sociale, l’égalité, la solidarité tout en soutenant la politique d’austérité du gouvernement socialiste et ses traductions dans la loi Macron. Cette politique nous avons le courage de la combattre nationalement et localement. Rien qu’en Saône et Loire, les dotations de l’État ont diminué en 2 ans de plus de 10 millions d’euros et la fiscalité directe et indirecte a augmenté de 12 millions d’euros. Les frais financiers payés indûment aux banques atteignent plus de 11 millions d’euros. De cela les élus socialistes ne disent rien. Nous, nous proposerons d’étudier le gel du paiement de la dette et l’établissement d’un audit citoyen.
Cohérence encore parce que lorsque nous affirmons être contre le cumul des mandats, nous le prouvons: pas de cumulards sur nos listes.

Citoyenneté car nous ne disons pas aux électeurs : “Elisez nous, nous nous chargeons de tout”. Nous leur disons, construisons ensemble, luttons ensemble pour obtenir les moyens ! impliquez-vous. Ce nouveau monde de solidarité ne peut se bâtir qu’avec l’investissement des citoyens !

Nous pensons que cette façon de travailler est possible parce que nos candidats sont comme la majorité de la population, de ceux qui regardent leur fiche de paye évoluer bien en dessous de l’évolution de leurs besoins.

———————

Mâcon 1

R.-Rodot-15-02-03-2Rémy Rodot, j’habite Mâcon depuis 1961.

Ancien salarié du secteur privé (informatique bancaire).
Entré en politique depuis les élections législatives de 2012. Adhérent au Parti de Gauche.
Membre d’une association qui a pour but : l’amélioration du cadre de vie des enfants Roumains institutionnalisés dans une grande ville de l’est du pays.

Je suis profondément attaché au principe de justice et autres qui y sont sous-tendus comme l’honnêteté, l’équité, le partage….
J’ai également un attachement tout particulier sur la préservation de l’environnement.

Comme l’a évoqué Chantal Cloix dans son introduction, la diminution de la dotation de l’état nécessitera forcément une réorientation budgétaire. Quoi qu’il en soit, le conseil départemental a son rôle important à jouer dans le développement économique.

L’insertion par l’activité économique (IAE) :
Cette tâche est actuellement conduite à Mâcon par les jardins de Cocagne, la Relance, le Pont et la régie de quartier et concerne actuellement une centaine de personnes. Cette politique permet l’insertion dans le monde du travail de personnes en difficulté, la formation et la remise à niveau des acquis.

Le soutien à l’économie sociale et solidaire (ESS) :
Qui représente 10% du PIB et près de 10% des emplois en France. Le département de Saône et Loire a réellement un rôle à jouer. L’économie sociale et solidaire est un modèle économique plus humain et créateur d’emplois non délocalisables.

Les futures orientations budgétaires doivent continuer à apporter toutes les aides nécessaires à ces deux pôles de l’économie du département et à les valoriser.

———————

L.-Mitton-15-02-03-2Laurence Mitton

Mon engagement s’est construit à partir de mes expériences associatives et professionnelles ; notamment dans la formation pour adulte, dans l’économie sociale et solidaire, dans des associations pour la jeunesse.
Je suis en responsabilité dans une association pour favoriser le lien social avec les personnes porteuses d’un handicap, j’ai aussi des responsabilités locales dans une ONG pour le développement des peuples.

Je me présente aux élections départementales parce que je crois en la nécessité  de faire comprendre concrètement le changement que propose EELV.
Rappelons que l’écologie n’agit pas seulement pour la protection de l’environnement, l’écologie c’est une démarche globale qui prend en compte l’écologie sociale, l’écologie familiale, l’écologie culturelle et évidement l’écoLomie c’est-à-dire une approche économique qui donne la priorité au développement humain et à la protection de la terre nourricière.

Attachée à l’écologie sociale, je défends le vivre ensemble dans le respect de nos différences. Je crois à l’éducation permanente, à la nécessité de développer des lieux de rencontres et de réflexion qui contribuent aux vivre ensemble, au comprendre ensemble.
Il est urgent de mieux soutenir les familles dans l’exercice de leur parentalité. Les jeunes ont besoin de parents forts et justes, l’exercice de la parentalité » ce n’est pas inné, cela s’apprend. L’avenir de notre société passe par la famille. Le Conseil Général doit s’impliquer autrement dans ce domaine et intensifier les partenariats école/famille /association.
Nous sommes une société riche, riche de biens, d’équipement, de capacité à produire, de savoir faire, de matière grise, de force créatrice, mais tout est segmenté ou en concurrence et tout cela crée au final de la pauvreté. Le pire : le capitalisme financier : il empêche l’investissement au lieu de le favoriser, l’outil de travail se fragilise.

Je crois que nous devons changer de paradigme, penser et nous organiser sur la base de la coopération, de la complémentarité, du développement par l’interaction entre tout ce qui fait la vie . Nous devons réapprendre à vivre ensemble, réapprendre à nous entraider.
Il y a déjà des prémices de ce changement par exemple avec les pratiques de système d’échange local, avec les organisations coopératives et avec l’économie solidaire et sociale. Ces orientations sont à développer et à diversifier pour commencer ce vivre ensemble autrement.
Ceci ne concerne pas que l’industrie ou les services, le tourisme peut aussi évoluer vers une autre manière de travailler. L’emploi local et durable serait ainsi garanti.
Ces convictions, je veux les porter pour que le Conseil départemental soit l’outil du bien vivre ensemble libres et égaux.

———————

Mâcon 2

C. Vinauger 15-02-03-2

Céline Vinauger, je suis éducatrice de jeunes enfants. Je travaille au foyer de l’enfance au foyer de l’enfance à Mâcon.

Militante associative et syndicale, je me suis depuis peu engagée en politique au parti communiste français.

Les gens sont, comme je le suis moi-même, affectés par les politiques d’austérité, mises en place par le gouvernement. Affectés dans leur vie quotidienne (pouvoir d’achat, emploi!..), affectés sur leur lieu de travail.

J’ai pris conscience de l’importance que chacun s’investisse, que chacun reprenne en main la vie de son pays. Ce n’est plus possible que les 1% les plus riches décident pour les 99%.

On ne peut plus se réfugier dans l’indifférence, dans l’abstention.

Ces élections sont de  grande importance, car le « vivre ensemble » auquel nous aspirons dépend beaucoup des politiques qui sont et seront menées dans notre département. Ma conviction est que le département peut être un atout d’un vrai renouveau démocratique donnant du pouvoir aux citoyens.

Faut-il encore que les collectivités territoriales ne soient pas mises à mal par l’austérité exigée par le gouvernement qui vient de supprimer 11 milliards de subvention aux collectivités.

Faut-il encore que les départements aient les moyens de prendre en compte les besoins locaux. Or, ce gouvernement socialiste veut s’en prendre à la compétence générale. Pourtant, cette clause est indispensable à la démocratie locale, sinon les élus locaux vont devenir de simples fonctionnaires appliquant des politiques déjà décidées.

Ces décisions- là, les candidats de l’UMP et du PS ne les contestent pas.

Il n’est plus supportable que des hommes et des femmes politiques osent parler de solidarité, de démocratie localement, tout en soutenant nationalement des politiques autoritaires et austéritaires.

Ce que je souhaite, c’est que le pouvoir soit redonné aux citoyens et que comme en Grèce, en Espagne, les plus petits, les plus humbles, les sans voix, les sans dents, reprennent pouvoir sur leur vie.

———————

C. Baudrion 15-02-03-2
Christian Baudrion, candidat pour le canton de MACON 2. J’habite Sancé et j’ai passé 35 ans de ma vie professionnelle à Mâcon centre comme enseignant et comme formateur et réalisateur vidéo.

Et j’ai ainsi été amené à travailler avec beaucoup d’acteurs de la vie locale mâconnaise ou départementale ainsi qu’avec des associations culturelles entre autres. Ma candidature veut être une preuve de notre volonté de renouveler les représentants du peuple en présentant des citoyens. Nous ne sommes pas des politiques qui sont nés politiques, ni des cumulards dans leur représentation ou dans la longévité.

Je suis actuellement membre d’associations culturelles, solidaire et/ou humanitaire.

De gauche depuis toujours je suis venu chez les Verts il y a trois ans, car la cause environnementale, la lutte contre le réchauffement climatique, la préservation de la biodiversité me semblent être des enjeux prioritaires aussi bien au niveau mondial que pour la vie locale.
« Penser globalement, agir localement » disait René Dubos en 1972. Slogan qui a beaucoup été repris depuis, comme Pierre Rabhi, par exemple, avec ses colibris dont la philosophie se résume par « je fais ma part ». C’est donc ce qui motive ma candidature à ces élections départementales : essayer de mettre l’écologie au cœur de la gestion du département.

Ne vous attendez pas à un catalogue de solutions clé en mains car nous sommes en pleine élaboration de notre programme. Représenter la population c’est d’abord la consulter et lui demander son avis et pas seulement pendant les périodes électorales.

Tout au moins, ne restons pas dans le système de pensée du XXème siècle. Développons les énergies propres et renouvelables plutôt que les énergies fossiles que nous vantait Arnaud Montebourg avec son goût pour le gaz de schiste….

Favorisons l’agroécologie, les circuits courts.
Soutenons les transports collectifs, le covoiturage.

Donnons aux citoyens l’envie de mieux trier les déchets par l’information, par plus de bacs individuels ou de points de compostage collectifs.

Mais les déchets les moins chers à traiter sont ceux que nous ne produisons pas, alors favorisons la réutilisation des emballages comme le verre.

Soyons attentifs à la protection des zones naturelles
Je ne m’étendrai pas sur la problématique de Center parcs qui cumule l’aberration écologique et une mauvaise réponse économique. Mais je tiens à dénoncer, au passage, les positions prises par les amis de M. Courtois qui, dans la même ligne politique que celle du conseil général actuel, éludent tous les problèmes liés à ce projet au nom de la sacro-sainte création d’emplois, quelque soient les emplois créés, précaires ou mal payés… et incertains.

Penser autrement, agir autrement, voilà comment créer des emplois viables et durables.

Nous sommes souvent accusés d’avoir des idées utopistes voire simplistes.
Mais « simples » est le vrai mot.

Retrouvons des valeurs vraies et un mode de vie simple, réfléchi et porteur d’avenir pour nous, le département et pour la planète.

,