Elections départementales : Faire face au vieillissement de la population

Se préparer au tsunami gériatrique

Le vieillissement de la population en Saône-et-Loire est une donnée d’aujourd’hui, c’est une réalité pour demain. Les politiques actuelles du Conseil Général ne permettent pas de se préparer au doublement de la population des plus de 75 ans (60 000 habitants à l’horizon 2025).

L’approche libérale prônée par l’équipe en place, « sylver économie » (économie des cheveux blancs !) revient à imaginer que la réponse sera celle du marché. Des réponses inégalitaires qui s’adresseront à ceux qui peuvent payer et abandonneront les personnes les moins solvables.

De ces choix là, nous n’en voulons pas. Dans le même temps le conseil général ne soutient pas le simple maintien des associations d’aide à domicile qui sont nombreuses à être au bord de l’implosion, menaçant ainsi le service rendu et précipitant dans la précarité des salariés déjà très fragilisés au plan statutaire.

Ce que nous proposons :

  • Renforcer le maintien à domicile et dans la société,
    • Créer un service départemental de l’autonomie et de la dépendance regroupant et consolidant les services d’aide à domicile,
    • Renforcer et simplifier les accès administratifs : traitement rapide et humain des dossiers d’aides
    • Maintenir les aides en cas de changement de situation pendant la durée de traitement du dossier
    • Développer les places en « accueil de jour ».
    • Soutenir significativement les « aidants » (formations, remplacements souples, places d’accueil provisoires…)
    • Développer des offres d’habitat intermédiaire dans les cœurs de villages (bourgs de 1000 habitants et plus)
    • Logement soleil, béguinage, foyers, etc…
    • Mandater notre opérateur départemental de logement social pour construire voir gérer ces solutions intermédiaires
    • Créer des places en foyer de vie pour les personnes vieillissantes en situation de handicap qui ne peuvent plus rester en établissement et service d’aide par le travail (ESAT, 2 ans d’attente actuellement) afin de permettre une prise en charge au plus près des familles.
    • Contractualiser, avec les services des CCAS, la mise en place de projets d’animation sociale garantissant le maintien des liens sociaux des PA
    • Lutter contre l’isolement
    • Développer les coopérations intergénérationnelles (habitat, jardins pédagogiques, etc.)
    • Intervenir massivement dans les quartiers d’habitat social où les risques d’isolement liés à l’age s’aggravent compte-tenu de l’urbanisme et de la précarité
    • Augmenter de + 50% le budget des aides consacrées à la prise en charge de la dépendance en institutions (maison de retraite, EPHAD)<
    • Accroître les places permettant d’accueillir dans de bonnes conditions les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de troubles similaires.
    • Impulser des projets dans les établissements bénéficiant de financements du Conseil Général (par l’allocation personnalisée d’autonomie [APA] notamment) visant à développer des méthodes de prise en charge garantissant une bien-traitance générale et pérenne des personnes accueillies dans ces lieux de vie.
    • Amener le nombre de personnels dans les établissements à un salarié pour un résident ce qui permettrait d’étoffer les équipes de soins, les prises de douche plus fréquentes (actuellement entre 1 par semaine et une par mois) un accompagnement aux toilettes, à la salle de repas, à l’aide à l’habillage et à la toilette quotidienne, une aide au repas respectant le rythme des personnes
    • Faciliter le remplacement des personnels en cas de départs en formation, de congés ou de maladies, par des personnes formées et ceci dans tous les établissements du département.
    • Intervenir afin que le reste à charge soit supportable pour les résidents et leur famille, et permettre aux personnes âgées d’avoir réellement le choix dans le type de prise en charge.
,