Elections départementales : Comment le PS va “agglomérer” les DVG

Le Ministère de l’intérieur cherche-t-il à brouiller le résultat des départementales ?

A quelques jours du premier tour des élections départementales, David Cormand, le « Monsieur élections » des écologistes ne décolère toujours pas. L’objet de son courroux ? Les étiquettes politiques attribuées par les préfets, sur instruction du ministère de l’Intérieur, aux binômes en liste pour ces départementales. « Je suis vraiment en colère, nous confie l’élu écolo, le ministère cherche à ce que les résultats de ce dimanche soient totalement brouillés au profit du PS, de l’UMP et du FN. Ce qui lui permettra d’affirmer qu’il n’y a que trois forces politiques majeures en France et qu’il n’existe pas de majorité alternative ».

Pour comprendre les raisons de cet énervement, il faut se replonger quelques semaines en arrière au moment des dépôts des candidatures en préfecture. « Tous les candidats ont dû remplir une feuille pour renseigner les états civils des quatre personnes figurant dans le ticket, les deux titulaires et les deux suppléants,explique Cormand, et sur cette feuille, ils indiquent aussi s’ils ont des attaches partisanes »Vient ensuite le moment où le préfet, document entre les mains, attribue une « nuance politique » au binôme. Et c’est là que le bât blesse. Car le préfet n’a pas vraiment le choix dans la marche à suivre puisqu’il doit respecter les indications d’une nomenclature officielle qui émane directement du ministère de l’Intérieur, « un mode d’emploi qui vient de Bernard Cazeneuve » précise l’écologiste. Résultat, quand le binôme est constitué de personnes venant du même parti, ça ne pose pas de problème. On se retrouve alors avec des listes PCF, PG, FDG, PS, UMP, UDI, FN etc… Mais lorsque le ticket est constitué d’un PS avec un autre parti de gauche, la liste s’appelle alors UG pour « union de la gauche », ce qui en jette un max, alors que lorsqu’il s’agit d’un binôme EELV/ Front de gauche par exemple, la liste est estampillée DVG pour « divers gauche », beaucoup moins sexy… « Un scandale, s’emporte David Cormand, cela revient à dire que le PS a le monopole de l’union de gauche alors que c’est l’inverse puisque dans la majorité des cas cette union de la gauche se fait en alternative justement aux socialistes ».

L’écologiste craint ainsi qu’au moment des résultats, les commentateurs politiques chargés de distribuer les bons points sur les plateaux télés « agglomèrent » les résultats des listes DVG à ceux du PS avec comme conséquence une baisse mécanique des scores des écolos et du Front de Gauche. Des craintes injustifiées? Pas sûr… En témoigne cet échange sur Twitter qui démontre que la confusion est déjà bien présente dans la tête des sondeurs…

Une « manipulation » que ne goûte guère  plus les camarades du Front de gauche qui y voit un moyen« de mettre, quels que soient les résultats, le PS au centre du jeu en dehors de toute réalité »comme nous l’explique Eric Coquerel, secrétaire national du Parti de gauche.

Reste qu’avec la déculottée annoncée pour ce dimanche pour l’ensemble de la gauche, il n’est vraiment pas sûr que cela  soit suffisant pour sauver les meubles…

Source : Bruno Rieth, Marianne, 17 mars 2015

,