Elections départementales : Agriculture, alimentation

Une agriculture saine pour tous et respectueuse de l’environnement

Constat :

L’agriculture biologique représente en France 3,93 % de la surface agricole mais 7 % des emplois agricoles.
En Saône et Loire, seulement 2 % des surfaces agricoles ; un retard à combler au plus vite pour une source importante d’emploi.

Propositions :

Soutien conséquent au développement de l’agriculture biologique pour en faire, au sein du deuxième département agricole de France, une filière pourvoyeuse d’emplois (doublement dès 2017 des surfaces bio ) :

Le Conseil Départemental axera son effort, en particulier, sur le développement du maraîchage bio, de l’arboriculture bio et de l’élevage de volailles de plein air, filières insuffisamment développées en 71.

Son action portera :

– sur l’aide à l’installation, notamment par l’acquisition de terres pour des jeunes qui ne sont pas issus du milieu agricole, avec rétrocession sous la condition de pratiques biologiques,

– sur le soutien à la commercialisation des productions biologiques par l’engagement qu’elles seraient achetées par les collèges du département et des établissements publics volontaires,

– sur la formation des exploitants à ce type de pratiques culturales,

– ainsi que sur l’aide à la création d’une conserverie et les développement d’entreprises ou coopératives de transformation de productions biologiques, à fort potentiel d’emplois.

Une part des fonds publics que le Conseil Départemental comptait engager dans le Center Parcs devra y être consacrée en plus de ce qui est prévu et l’information sera donnée dans le journal du Département.

Approvisionner en nourriture bio et circuit court les cantines des collèges, tout au long de l’année et pas seulement par intermittence ainsi que les autres établissements relevant du Conseil Départemental ( Ehpad…).

Lutte contre l’emploi de pesticides :

Constat :
– Echec du plan Ecophyto ( moins 50 % de pesticides en 2018 ) : + 5 % par an de produits chimiques entre 2009 et 2013

– Recul manifeste du gouvernement dans ce domaine de la protection de la santé: moins 25 % de pesticides en 2020 et moins 50 % en 2025

Proposition :

Le département devra interdire, sans délai, sur son territoire l’emploi de produits néonicotinoides et apporter un soutien à la relance de l’apiculture locale.

Tenir un bilan chiffré annuel d’emploi des pesticides par les professionnels rendu public dans le journal du département.

,