Droit de manifester – Ils ont dit

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT : « C’est une victoire pour les organisations syndicales et plus largement pour la démocratie en France. (…) Le problème, c’est que le gouvernement et le président de la République ne répondent toujours pas à une opinion publique qui est contre (la loi travail – NDLR), à une majorité de syndicats qui s’y oppose. »

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF : « Le PCF appelle à la mobilisation massive les 23 et 28 juin. (L’autorisation de la manifestation – NDLR) est une victoire de la mobilisation et de la détermination des démocrates à faire respecter les libertés publiques fondamentales. Nous demandons au président de la République de suspendre le débat parlementaire. »

Jean-Luc Mélenchon, candidat de la « France insoumise » : « Victoire ! La manifestation officiellement interdite est officiellement autorisée… (…) L’enjeu reste d’obtenir le retrait de la loi El Khomri. Il faut donc réussir une manifestation qui soit un raz de marée discipliné strictement sous la conduite des syndicats. »

Caroline de Haas, militante féministe, initiatrice de la pétition « Loi travail, non merci » : « Opération raz de marée demain (ce jeudi – NDLR). On remplit intégralement le parcours de la manif ? »

Esther Benbassa, sénatrice EELV : « La liberté de manifester ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Alors, demain, toutes et tous dans la rue ! »

Éric Coquerel, coordinateur du PG : « Le Parti de gauche se félicite de la victoire obtenue ce matin quant à l’autorisation de manifester le 23 juin. Elle est due à l’unité et à la combativité des syndicats opposés à la loi travail. (…) Même si cela ne réglerait pas la ligne politique globale de Monsieur Hollande, nous demandons la démission de Monsieur Valls. »

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-paroles EELV : « Après avoir envisagé de créer des apatrides, après les bavures de l’état d’urgence à l’encontre de militants écologistes pacifiques, le gouvernement s’illustre à nouveau par des atermoiements hautement inquiétants sur le droit de manifester. Les écologistes appellent à être nombreux contre la loi dite travail mais également contre ces dérives autoritaires. »

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF : « Avec les organisations syndicales, nous avons eu raison de ne strictement rien lâcher pour défendre une liberté essentielle. Demain, manifestation. »

Source : l’Humanité, 23 juin 2016

,