Débat Mélenchon-Minc sur l’Allemagne (11/05/15, audio)

Le 11 mai 2015, Jean-Luc Mélenchon débattait d’Allemagne face à Alain Minc. Il a parlé de son nouveau livre « Le Hareng de Bismarck (Le Poison allemand)» et décrit l’antimodèle social et écologique allemand face à l’auteur du livre « Vive l’Allemagne ».


Débat Mélenchon-Minc sur l’Allemagne par lepartidegauche

Script de l’intervention de Jean-Luc Mélenchon sur la réforme des collèges :

“Tant mieux, en France, on a la passion de discuter de l’éducation. Moi, je trouve ça formidable. C’est comme ça dans notre pays. Je ne sais pas s’il y a beaucoup de pays où on s’engueule autant pour les programmes scolaires. Bon.
Il faut y aller doucement. Ce que je critiquerais, puisqu’il faut critiquer, c’est deux choses.

D’abord, je ne suis pas d’accord avec le prétexte de l’égalité, ce n’est pas vrai, ce n’est pas ce qu ils essaient de faire parce que dire “comme tout le monde ne peut pas faire de latin, alors personne n’en fera”, c’est d’une part oublier qu’il y a 550.000 jeunes qui font du latin – je prends l’exemple du latin, non parce que moi j’en ai fait -, mais parce que bon…, c’est ce qui paraît le plus… beaucoup de gens disent “oui, le latin après tout, on s’en fout”. Non, ils ont tort. Mais, vous voyez, c’est faussement de l’égalité ; on dit puisque tout le monde ne peut pas en faire, alors personne n’en fera.
En réalité, c’est qu’il n’y a ni les postes ni les moyens pour faire face aux obligations du système scolaire. Il n’est pas vrai que Monsieur Hollande ait créé 60.000 postes. Je tiens à vous dire de la manière la plus claire qu’il en a créé à peine 4000 ; il y a 25.000 stagiaires qu’ils ajoutent dans leur total pour dire “eh bien, vous voyez,on a déjà fait la moitié du chemin à la moitié du mandat” : mensonge ! Les stagiaires en question vont remplacer les gens qui partent à la retraite, vont etc. Il n’y a au total que 4000 postes de créés. Donc l’égalité est un faux prétexte, c’est faux. C’est tout simplement une adaptation à la pénurie de moyens et à la pénurie d’enseignants.

Ensuite, il y a un point sur lequel, en effet,… c’est très difficile d’accepter ça et je comprends ce qu’ils essaient de faire : 20%, non pas de chaque enseignement qui est à la liberté des pédagogues – le pédagogue, dans sa classe, enseigne comme il l’entend : c’est la liberté pédagogique, la façon de faire, ça, c’est absolument indispensable – c’est 20% de l’horaire des moyens horaires d’un établissement qui va être à la discrétion du chef d’établissement. Alors là, non, je ne suis pas d’accord ! Je pense que tous les jeunes Français et Françaises, tous les petits que nous avons à l’école doivent apprendre la même chose pour avoir des diplômes du même niveau, car si on n’apprend pas la même chose, le diplôme n’a pas la même signification à la fin. Surtout que je n’ai pas entendu dire que les questions aux examens seraient pour 20% dans chaque établissement. Donc, si nous voulons maintenir le critère de l’unité de l’enseignement pour avoir l’unité des diplômes, pour avoir l’unité, à la fin, de la nation elle-même et de la valeur d’un diplôme, sa valeur qualifiante au travail, il faut absolument refuser ce type de réforme.”
 


 

et aussi…

A l’occasion de la publication de son pamphlet Le hareng de Bismarck (le poison allemand), le 5/7 de France inter recevait, le 13 mai 2015, Jean-Luc Mélenchon, député européen, cofondateur du Parti de Gauche, initiateur du Mouvement pour la VIème République.


Mélenchon : «La réussite, ce n’est pas de… par lepartidegauche

 


 

Le député européen du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Guillaume Daret mardi 12 mai dans les 4 Vérités. Il est revenu sur la rencontre entre François Hollande et Fidel Castro.


Mélenchon : «Le modèle allemand est égoïste et…

 


 

Le 9 mai 2015, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de « On n’est pas couché » pour parler de son nouveau livre : « Le Hareng de Bismarck (Le Poison allemand) ». Il a expliqué que ce livre était un « médicament » pour « désintoxiquer » les esprits du modèle allemand. Tout au long de l’émission, il a montré que l’Allemagne était un antimodèle dans de nombreux domaines : écologie, social, maltraitance des animaux, système de retraites par capitalisation, politique étrangère… Alors que les critères économiques prévalent pour l’instant pour analyser une société, Jean-Luc Mélenchon a proposé un autre critère : le bonheur humain. Critère au regard duquel l’Allemagne est loin d’être un modèle.


J.-L. Mélenchon à «On n’est pas couché» sur…

 


 

Jean-Luc Mélenchon dénonce “le poison” que constitue selon lui l’Allemagne pour l’Europe, dans un “pamphlet” intitulé “le Hareng de Bismarck (Le poison allemand)” et qui sortira le 7 mai. Il en parle chez Jean-Jacques Bourdin (06/05/15)
“Ceci est un pamphlet”, affirme-t-il dans l'”avertissement” de cet ouvrage de 212 pages publié chez Plon et transmis à l’AFP jeudi. Son “but est de percer le blindage cotonneux des béatitudes et des langueurs de tant de commentateurs hypnotisés par l’Allemagne”, ajoute le responsable politique, qui dit s’être décidé à l’écrire “après avoir vu de quelle manière odieuse la nomenclature allemande a traité le nouveau gouvernement grec d’Alexis Tsipras et le peuple au nom duquel il parle”.
“Un monstre est né sous nos yeux, l’enfant de la finance dérégulée et d’un pays qui s’est voué à elle, nécrosé par le vieillissement accéléré de sa population. L’un ne serait rien sans l’autre. Cette alliance est en train de remodeler le vieux continent à sa main. Dès lors, l’Allemagne est, de nouveau, un danger. Le modèle qu’elle impose est, une fois de plus, un recul pour notre civilisation. Qu’elle ait pour paravent la Commission européenne, pour cheval de trait l’OTAN et pour complice toute la caste du fric dans chacun de nos pays ne retire rien à sa responsabilité dans l’affaire”, ajoute-t-il.
Face à ce “poison allemand (qui) est l’opium des riches”, M. Mélenchon appelle à “changer nos vies et (à) faire changer l’Allemagne”.


J.L Mélenchon parle de son livre le hareng de… par SCHOUM1

,