Conseil municipal (07/07/14) : De l’accessibilité au règlement intérieur… (Mâcon infos)

Dans son discours introductif, le Sénateur-Maire a convenu que ce serait une séance essentiellement technique. 31 délibérations étaient à l’ordre du jour.

Si toutes furent adoptées, certaines firent l’objet de confrontations. Les élus de l’opposition furent renvoyés dans les cordes à plusieurs reprises. Des questions, mais peu de réponses les satisfaisaient. Globalement une ambiance tendue, désagréable pour les auditeurs.

Jean-Pierre Mathieu (voir l’article du Journal de Saône-et-Loire) a présenté, à l’occasion du rapport annuel de la commission communale de pour l’accessibilité des personne handicapées (CCAPH) –délibération N°5-, un très long exposé sur les réalisations de la ville qui donnent à toute personne en situation de handicap toute leur place de citoyen à part entière. Dans son discours d’introduction, le Sénateur-Maire avait tenu à saluer tout particulièrement J.P. Mathieu pour « son implication forte sur tous les dossiers, son action déterminante, sa mobilisation a permis d’enregistrer les meilleurs résultats dans ce domaine au niveau national, et la première note pour les villes de Bourgogne ! » Les efforts continueront, même si au niveau national, des délais d’application ont été prorogés, notamment au niveau des formations des personnels d’accueil. Certains travaux tel l’amphithéâtre du cours Moreau, sera entièrement restauré ; la construction de l’ascenseur de la rue Mathieu est lancée.

Le rapport sur l’aménagement des ZAC a été présenté par Gérard Burtin (directeur de la SEMA). En ce qui concerne la ZAC Grand Sud, Il a reconnu que la commercialisation de la zone « habitat » ne va pas au rythme souhaité. « La loi Alur n’a rien arrangée. Le promoteur en construction durable est en liquidation judiciaire, un autre est entrain de reprendre cette activité. » L’opposition a voté contre ce C.R.A.C. (2 voies et 1 abstention).

ZAC des Saugeraies, le dossier est soldé.
ZAC Malcus, 6 lots sont déjà commercialisés, le septième sera pour des cabinets médicaux.

ZAC Monier, un permis de construire est accordé avec début des travaux à l’automne pour l’extension de Pôle Emploi. Il sera procédé à la démolition d’immeubles vétustes pour la construction de résidence en accession sociale. Les élus de gauche ont demandé si le parking restera gratuit. Le Sénateur-Maire l’a garanti et assuré de garder sensiblement le même nombre de place. Eve Comtet Sorabella (voir sa question sur le rapport n° 19) s’inquiète du devenir de l’accueil de jour (géré par l’association Le Pont). Elle souhaite que les personnes qui bénéficient de cette structure soient accueillies dans un lieu rénové et proche du centre de ville, à proximité des services publics dont ils ont besoin. Monsieur Burtin a répondu qu’ils recherchent un autre emplacement. A l’époque de sa création, c’était une opération temporaire. Pour l’instant, il y a des pistes, mais rien de concret.
ASSISTANCECM3

ZAC Val de Bioux : Investissement de 8M€ (voir la question de l’élue Front de Gauche sur le rapport n° 20). L’objectif est de mettre en route le déplacement de la Cité de relogement. Les familles sont très attachées à ce lieu, mais les conditions de logement ne sont plus d’actualités. C’est la ville qui gère la Cité, rien ne sera fait tant qu’il ne sera pas trouvé une solution. Extension de Sennecé : Opération finissante, bilan équilibré, sans participation de la ville. A la question d’un élu socialiste, Gérard Colon répond que la ville procède à l’acquisition d’une parcelle Boulevard Shoelcher (délibération N°26) pour pouvoir aménager l’ensemble du site  (voir la question de l’élue Front de Gauche sur le rapport n° 26). Cette parcelle étant enclavée ce n’était pas possible autrement.

En ce qui concerne la rénovation du centre ville, Jacques Boucaud s’est interrogé « sur l’aménagement des places… au vu des projets présentés : on pourrait les nommer parkings au lieu de places ! Cela pourrait entrainer une réflexion plus globale sur la place de la voiture dans la ville… Quelle place pour chacun ? Piétons… Cyclistes… Deux points négatifs : l’accession à la propriété et un taux important de logement vides à Mâcon. Tout cela mérite une politique plus volontariste ! »
Gérard Colon répond que ces questions ont été bien prises en compte par une collaboration très riche et très étroite avec les riverains et les commerçants. Des parkings gratuits, limités dans le temps (durée non fixée, mais une heure envisagée). Les appareils existent et sont opérationnels.
Pour les logements en accession à la propriété, 9 000 € sont donnés à tous les « primo- accédant », le taux de subvention est à 41%. L’objectif étant de ramener les gens en centre ville et hyper centre. A ce sujet, le Sénateur-Maire intervient pour rendre hommage aux services qui ont fait preuve d’un grand pragmatisme et souplesse en relation avec les avis des usagers.

Le dernier point fut traité par Yoann Charlot, premier adjoint, et pas des moindres : il s’agissait de l’adoption du règlement intérieur ! Les élus de gauche exposèrent leurs doléances, auraient espéré de nouveaux droits (Eve Comtet-Sorabella voir ses propositions pour le  (voir l’intégralité de ses propositions sur le rapport n° 30), comme la mise à disposition des comptes rendus du bureau municipal ainsi que l’indemnisation de tous les conseillers qui assistent aux commissions municipales ; Créer un Conseil de Citoyens Indépendants ; un Conseil Consultatif des Résidents Etrangers ; Qu’une version numérique des projets de délibérations soit transmise au Conseillers municipaux et mise en ligne sur le site de la Mairie…
De son coté, Jacques Boucaud soulignait que ce « nouveau règlement » était un « copié- collé » de l’ancien, ce à quoi le Sénateur-Maire lui répondit : « oui, il est strictement conforme au Code général des Collectivités Locales et Territoriales, pourquoi changer ce qui a marché de 2001 à 2014 ? La ville met à disposition des bureaux pour les élus de l’opposition. D’autre part une place plus importante leur sera réservée sur le bulletin municipal. » Mais l’élu socialiste revenait à la charge en en appelant, au nom de la transparence, à la retransmission vidéo différée des débat sur le site de la ville…

En aparté, à la fin de la séance, Eve Comtet-Sorabella (élue du Front de Gauche) nous confiait sa frustration de ne pas avoir de réponse sur des points importants : « les rythmes scolaires, l’organisation du mercredi après-midi, pas de précision non plus sur la formation des agents. La question sur le chauffage urbain n’a pas trouvé de réponse… et pourtant le poste de dépenses de chauffage reste une préoccupation importante des ménages, mais également des collectivités raccordées au chauffage urbain. » Prochain rendez-vous en septembre.
ASSISTANCECM

Source : Gilles Lalaque, Mâcon infos, 9 juillet 2014

,