Conseil municipal du 2 juin 2014 (JSL)

De l’électricité dans l’air

Lundi soir, la séance du conseil a été marquée par une nouvelle passe d’armes entre le maire Jean-Patrick Courtois et le groupe d’opposition socialiste.

Depuis l’installation du nouveau conseil, il ne se passe pas une séance sans que de vifs échanges opposent le sénateur-maire Jean-Patrick Courtois au groupe socialiste. On pouvait s’en douter, mais au soir de la séance de lundi, on a eu la confirmation que le premier magistrat et les élus de gauche, Jacques Boucaud et Stéphane Guiguet en tête, ne passeront pas leurs vacances ensemble. C’est que lundi, après avoir vainement tenté d’obtenir des réponses sur des questions relatives au mode d’attribution des subventions aux associations sportives et du Parc, Stéphane Guiguet n’a jamais obtenu le moindre élément de réponse. Pas plus lorsqu’il a cherché à savoir « où en est la mise en place du nouveau règlement intérieur » propre à chaque collectivité. En effet, en l’absence de tout nouveau règlement, le maire n’a pas pour obligation de répondre aux questions écrites et orales. C’est justement le reproche qui lui est fait par le groupe socialiste.

Le socialiste Stéphane Guiguet très remonté

Excédé, à deux doigts même de quitter la séance, l’opposant a lancé en direction de Jean-Patrick Courtois un cinglant « vous ne répondez à aucune question. Que du mépris. » Ce à quoi le maire lui a répondu : « Un nouveau règlement intérieur va être établi conformément à la loi qui nous donne six mois pour le faire. Il est en cours d’élaboration. On devrait en discuter en juillet prochain, voire à la rentrée de septembre. Vous parlez de mépris. Mais sachez que je n’attaque jamais. En revanche, je me défends toujours. J’ai un peu l’habitude des séances publiques. »

Ève Comtet-Sorabella guère plus chanceuse

Une fois la séance déclarée terminée, Ève Comtet-Sorabella, du Front de gauche, a elle aussi essuyé un refus du maire pour une question dont on ne connaîtra jamais la teneur. Elle a eu pour seule réponse : « La séance est levée. C’est terminé. » Interrogé sur l’agacement de ses opposants, le sénateur-maire Jean-Patrick Courtois dit « appliquer la loi, tout simplement. Maintenant, si elle ne leur convient pas, ils n’ont qu’à demander à leurs amis socialistes au pouvoir de la modifier. » Et de confirmer que son premier adjoint, Yohan Charlot, travaille à l’élaboration du nouveau règlement. Après cette séance animée et une fois la tension retombée, Stéphane Guiguet a de nouveau affiché ses regrets. « Pourquoi le règlement intérieur de la précédente mandature n’est pas appliqué, comme cela se fait dans la majorité des villes ? C’est bien dommage. »

Source : Fernand Ribeiro, Journal de Saône-et-Loire, 4 juin 2014

Voir aussi l’article de Mâcon infos du 3 juin 2014

,