CarPostal : Les chauffeurs en grève (JSL)

Les conducteurs rentrent aujourd’hui en grève illimitée pour « améliorer leurs conditions de travail»

C’est la « goutte d’eau » qui fait déborder le vase. Une partie des chauffeurs de bus de Mâcon va entrer en grève illimitée à partir de ce jeudi. Cette suspension d’activité fait suite à l’avenant voté par le Syndicat intercommunal des transports en commun qui prévoyait des modifications de l’offre de transport sur le réseau Trémat (voir notre article paru le 31 janvier).

Des motivations économiques

Après les départs volontaires de plusieurs salariés, les conducteurs doivent étendre leurs horaires pour combler les trous, d’autant plus que des lignes ont été rajoutées. « On travaille plus sans gagner forcément plus, on fait des journées à rallonge » explique Joanes Myscile, représentant du personnel chez Car Postal. Ils réclament plus d’avantages, notamment une prime des deux vacations et de vacances. La prime de vacance s’élève à 100 €. « Car Postal dit qu’elle n’a plus de visibilité pour l’avenir, mais nous, on sait qu’elle a les moyens financiers d’accéder à nos revendications », justifie Joanes Myscile.

Sur quarante-deux conducteurs, environ la moitié a voté en faveur de la grève. Afin de maintenir la circulation des transports en communs, les salariés suspendront leurs activités au jour le jour, par plages horaires de 55 minutes. Aujourd’hui, cela commence de 16 h 59 à 17 h 54.

Source : Guillaume Soudat, Journal de Saône-et-Loire, 28 mai 2015

Un encart rectificatif dans cette édition précise que Eve Comtet Sorabella, conseillère municipale du Front de gauche, n’a pas dénoncé la politique de Car Postal mais celle du SITUM.

Photo de Une : JSL


 
Jeudi, les conducteurs de bus du réseau de transports urbains Trema, qui réclament des augmentations de salaires, ont entamé un mouvement de grève. Seuls deux grévistes ont été comptabilisés.

La première grève enregistrée chez CarPostal, société qui exploite le réseau de transport en commun sur le bassin mâconnais, aura connu des débuts poussifs.

Jeudi, alors qu’un appel avait été lancé pour suspendre le travail pendant une durée de 55 minutes, seuls deux grévistes ont été recensés. « Il n’y a eu aucune perturbation sur le réseau, explique Carole Venet-Campagne, directrice de CarPostal. Il en sera de même demain (NDLR : ce vendredi) et samedi ».
15-05-29 Carpostal
Pour expliquer cette faible mobilisation d’hier, Joanes Myscile et Gaston Letanneur, représentants du personnel, lancent plusieurs arguments. « Nous avons tenté de négocier jusqu’au bout avec la direction pour obtenir une revalorisation de nos salaires, commentent-ils. Sans succès. Afin de respecter les préavis de 48 heures, et pour protéger un maximum les salariés, nous n’avons pas pu nous mobiliser ce jeudi ». Il en sera de même ce vendredi et samedi. Mais les chauffeurs annoncent une participation plus importante pour lundi matin. Un préavis doit être déposé pour une grève de 6 h 59 à 7 h 54. « La semaine prochaine sera animée », promettent les représentants du personnel.

Source : Adrien Wagnon, Journal de Saône-et-Loire, 29 mai 2015

,