CAMVAL : Point presse d’Eve Comtet Sorabella (13 février 2015)

Voici le texte d’Eve Comtet Sorabella, conseillère communautaire Front de Gauche à la CAMVAL, concernant le débat d’orientation budgétaire lors du point presse du 13 février 2015. Ses interventions, questions et vote lors du conseil de la CAMVAL sont ici

M. Patard, président de notre communauté d’agglomération construit le budget 2015 à partir d’un bilan pessimiste dans un contexte de réduction importante de dotations de l’Etat et d’économie atone mais, paradoxalement, avec la perspective d’un excédent budgétaire 2014 qui pourrait être de 9 650 000 €. La baisse des dotations de l’Etat dans les budgets des collectivités territoriales a débuté dès 2011, et M. Patard semble la contester, c’est pourtant un choix politique qu’il a approuvé sous le mandat présidentiel de N.Sarkozy.

Dans le débat d’orientation budgétaire présenté en conseil, il envisage un désengagement du financement du SITUM, des augmentations de la fiscalité et de la taxe sur les ordures ménagères, ainsi qu’une réduction des dépenses de personnel. Pour le Front de gauche, il n’est pas question, alors que le budget dégage un excédent, de diminuer encore le pouvoir d’achat des ménages et d’aggraver les conditions de travail des agents de la CAMVAL. Par contre, les indemnités des élus, qui ont augmentées de 60 000€ en année pleine par rapport à la précédente mandature, ne sont pas remises en question.

Pour le Front de Gauche, alors que la situation économique des familles se dégrade et que les inégalités s’amplifient, notre collectivité se doit d’en atténuer les répercussions afin que notre territoire reste relativement préservé et maintienne un dynamisme essentiel pour répondre aux besoins de ses habitants. Mais il ne nous semble vraiment pas pertinent de continuer à constituer une réserve en gonflant encore l’excédent budgétaire par une augmentation de la fiscalité.

Enfin, la prospective et sa concrétisation dans le budget 2015 se résume à « comment faire autant avec moins ». C’est inquiétant pour les actions prévues dans le programme d’investissement dont on peut se demander si elles verront le jour, ce qui peut porter atteinte à la crédibilité de notre communauté d’agglomération auprès de la population. Cela met en pleine lumière que des projets ambitieux en faveur de la solidarité, du développement économique avec le souci du respect et de la valorisation de l’environnement au sein d’un territoire se construisent difficilement sans un soutien fort de l’Etat.

,