16 février 2015 : Le Conseil municipal vu par le JSL

« Mâcon devrait passer 2015 sans trop de difficultés »

Réunis en conseil lundi soir, les élus de Mâcon ont planché sur le débat d’orientation budgétaire (DOB). L’opposition est montée au créneau.

Le débat d’orientation budgétaire était à l’ordre du jour du conseil municipal de Mâcon, lundi soir. Des orientations qui s’inscrivent dans un contexte national contraint financièrement.

« La politique conduite par l’État nous oblige à réaliser, dès 2015, deux millions d’économies ou de nouvelles recettes, a indiqué le sénateur-maire, Jean-Patrick Courtois. Si la qualité de la gestion de notre collectivité permet de passer 2015 sans trop de difficultés, nous devons, par contre, nous fixer le cap pour les années suivantes, car c’est chaque année 1, 2 million d’euros supplémentaires qu’il nous faudra trouver pour compenser la baisse des dotations de l’État. »

Axes de travail et leviers d’intervention

Lors de la présentation du DOB, l’adjoint aux finances, Claude Patard, a tenu à réaffirmer la volonté de la municipalité de poursuivre « le cap des grandes orientations de gestion défendues depuis 2001 ». Les objectifs sont donc de conforter et renforcer l’attractivité du territoire, d’apporter à chaque citoyen une écoute attentive et un service adapté de proximité ainsi que de préserver la qualité de vie.

Pour ce faire, l’élu a présenté les différents axes de travail. Au niveau du développement économique par exemple, des investissements sont programmés pour la création de halles, l’extension de Pôle emploi ou encore l’aménagement des quais sud de la Saône.

La réhabilitation de l’habitat figure également parmi les priorités, notamment au centre-ville. Pour les quartiers, celui de La Chanaye-Résidence va profiter d’un nouveau projet Anru (Agence nationale de rénovation urbaine). En parallèle, « la Ville s’efforcera de maintenir les actions et animations en faveur des seniors et des jeunes. Elle continuera auusi les travaux de mise en accessibilité de la voirie et des espaces publics ».

Pour mener à bien ces projets et assurer « le maintien des aides allouées au tissu associatif », Claude Patard a expliqué que la Ville s’appuiera sur différents leviers, tels que la réduction des dépenses de fonctionnement, la maîtrise des dépenses du personnel, la recherche active de subventions pour maintenir le niveau d’investissements.

« Un copié-collé »

Sans surprise, ces orientations budgétaires n’ont pas convaincu les élus de l’opposition. Le chef de file du PS, Jacques Boucaud, a dénoncé « le manque d’ambition du DOB » et une « gestion opaque » de la Ville. « Les Mâconnais veulent savoir quelle place vous allez donner à l’humain puisque c’est la pierre que vous avez privilégiée jusqu’ici ».

De son côté Ève Comtet Sorabella, du Front de gauche, a notamment pointé du doigt « la désolante insistance de la majorité à développer la vidéo-protection au détriment d’une police de proximité ». (voir toutes ses interventions ici)

Enfin, Stéphane Guiguet du PS a attaqué Claude Patard sur le fond du DOB : « C’est un copié-collé des années précédentes mais plus light. […] Rien sur la solidarité, rien sur le vivre ensemble, aucune initiative sur le soutien aux plus fragiles, rien sur la circulation, le stationnement, le transport, rien sur les écoles et pour la jeunesse… », regrette le conseiller municipal qui a livré quelques propositions.

En réponse à cette intervention, l’adjoint aux finances a signifié : « Puisque vous avez plein d’idées, je vous invite à les faire connaître de façon très précise et très pratique ».

Affaire à suivre en avril pour le vote du budget.

La Ville de Mâcon a la volonté de mener à bien un projet d’aménagement d’un complexe sportif et de loisirs à La Grisière, qui présente de sérieux atouts en termes d’espace et d’accessibilité.

Comme l’a indiqué en conseil municipal, l’adjoint aux sports, Jean Payebien : « Il manque à ce jour un véritable complexe pour accueillir l’athlétisme, et plus généralement du sport de haut niveau sur le territoire […]. Et ce projet est indispensable à l’Entente mâconnaise dans le cadre de son développement vers le haut niveau. »

Le coût estimatif de l’aménagement de cet équipement est de plus de 7 millions d’euros. Aussi la Ville souhaite lancer des demandes de subventions.

Le sénateur-maire a précisé que le Centre national pour le développement du sport (CNDS), le conseil régional et la Fédération française de football apporteront déjà leur soutien. Le plan de financement prévisionnel affiche 1 million d’euros de subventions possibles de la part du CNDS ; 1, 5 million de la Région ; 100 000€ de la FFF. Il resterait 4,4 millions à la charge de la Ville de Mâcon, qui compte bien obtenir d’autres subventions afin de diminuer son investissement.

De leur côté, les pistes d’athlétisme de Champlevert qui ne sont plus aux normes et dont la réhabilitation coûterait trop cher, pourront continuer à être utilisées en l’état.

Hommage

Une minute de silence a été respectée en prélude du conseil municipal, en hommage à Yves Deguisne. « C’est une grande personnalité politique qui s’en est allée, une figure de la vie politique et associative qui a aimé Mâcon et qui était aimée par les Mâconnaises et les Mâconnais », a témoigné le sénateur-maire.

Source : Laure-Hélène Mazuir, Journal de Saône-et-Loire, 18 février 2015

,