12 avril : « Recréer une alternative à gauche » (La Croix)

Le Front de gauche réclame un changement de politique

Le Parti communiste de Pierre Laurent et le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon ont fait bloc dans les rues de Paris, samedi 12 avril, pour demander un changement de politique à François Hollande.
Le-Front-de-gauche-reclame-un-changement-de-politique_article_main

Après des stratégies divergentes pour les élections municipales, les formations du Front de gauche font campagne sur des listes communes pour les Européennes du 25 mai.

« Hollande ça suffit », « envoyons Vallser l’austérité », « la gauche au pouvoir ! »… Environ 25 000 personnes selon la police, 100 000 selon les organisateurs, ont défilé samedi 12 avril à Paris, à l’appel des partis partenaires du Front de gauche (Parti communiste et Parti de gauche) pour réclamer une inflexion de la politique de François Hollande, à leurs yeux plus favorable aux patrons qu’aux salariés.

En tête de ce cortège « contre l’austérité, pour l’égalité et le partage des richesses », les dirigeants du Front de gauche, Pierre Laurent (PCF) et Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche), entouraient leur invité d’honneur, le Grec Alexis Tsipras. Candidat de la gauche européenne à la présidence de la Commission européenne, il avait participé la veille au lancement de la campagne du Front de gauche pour les Européennes du 25 mai.

LE SYMBOLE DU PACTE DE RESPONSABILITÉ

Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) ainsi qu’un collectif d’associations et plusieurs fédérations syndicales appelaient aussi à cette manifestation, la première démonstration de force de la gauche de la gauche depuis la débâcle du PS aux élections municipales et la nomination de Manuel Vallscomme premier ministre. Une défaite électorale imputée pour beaucoup au tournant social-démocrate du chef de l’État, symbolisé par son pacte de responsabilité.

Ni Europe Écologie-Les Verts ni l’aile gauche du Parti socialiste ne se sont associés à cette marche, mais un membre du bureau national du PS, l’économiste et député européen sortant Liêm Hoang Ngoc, figurait dans les premiers rangs.

« RECRÉER UNE ALTERNATIVE À GAUCHE »

« C’est vraiment un front du peuple qui se constitue », a estimé Jean-Luc Mélenchon. Un peu plus tôt, le coprésident du Parti de gauche avait affirmé sur RTL : « Je pense que (la marche, NDLR) sera un succès. Comme d’habitude il sera nié. Comme d’habitude il y aura un dossier contre moi, dans la presse… »

« On a vu la claque que la gauche a prise aux élections municipales. Donc est-ce que la seule alternative, c’est entre l’abstention et le vote à droite ? Ou est-ce qu’on se dit qu’on va recréer de l’espoir et une alternative à gauche ? C’est ça le sujet ! », a ajouté la députée et ancienne ministre PCF Marie-George Buffet.

« Hollande s’est trompé de premier ministre et nous impose un virage qui n’a pas été discuté. Il y a un grand trouble dans l’aile gauche du PS, il nous faut un congrès extraordinaire du parti. Beaucoup de parlementaires ont voté la confiance à Manuel Valls uniquement pour éviter la crise de régime », a assuré le socialiste Liêm Hoang Ngoc, souhaitant une clarification de la ligne politique.

Corinne Laurent avec AFP

Source : La Croix du 13 avril 2014